Mission de l'Immaculée, Saint Maximilien Kolbe, Prophète de la civilisation et de l'amour

Création Imprimerir Modernementions legales

Saint Maximilien Kolbe

L’AUTORITÉ DE MAXIMILIEN KOLBE

« Et ils étaient frappés par son enseignement car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. » (Mc  4,22) Dans ce récit biblique l’évangéliste nous parle de Jésus qui enseigne  dans la synagogue de Capharnaüm. Cette autorité de Jésus c’est sa parole qui parle à leurs cœurs qui touchent leurs désirs les plus profonds.

À Auschwitz, Maximilien Kolbe a exercé cette même autorité. Ainsi l’on sait qu’il a passé ses nuits à réconforter et confesser  les autres prisonniers, que les SS ne pouvaient pas croisés son regard d’amour. Mais le point culminant où il va manifester cette autorité d’amour, c’est au moment du choix des prisonniers qui vont être désignés pour mourir dans le bunker. En effet lorsqu’il va sortir du rang pour demander à remplacer ce père de famille, le chef des SS va lui-même en être ébranlé : après un long temps de silence, il va accepter la requête alors qu’il aurait pu envoyer les onze prisonniers dans le bunker de la faim, montrant par là même une humanité qu’il ne semblait ne plus avoir. De nombreux prêtres  qui ont survécus ont été réveillés par son comportement, sur la mission de pasteurs qu’ils avaient  à exercer dans ce camp auprès des autres prisonniers, et, cela, alors qu’ils avaient perdus eux-mêmes toute espérance.  Cette autorité il l’a encore exercée envers ses compagnons de cellule en leur donnant la force pendant leur terrible agonie de pardonner et de prier pour leurs ennemis, les soutenant jusqu’au  bout malgré sa maladie qui aurait du le faire mourir parmi les premiers.

Une autorité née de la soumission, d’un chemin de disciple vers l’humilité, et, d’un amour purifié

« Et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde pour qu’il porte encore plus de fruit. » (Jn 15,2b)

Mais pour atteindre cet «Everest de l’amour » Maximilien a du suivre tout un chemin de conversion. Tout commence par son expérience dans la petite église de Pabianice où il a la vision  de la Vierge Marie. Cette apparition, qu’il a à 10 ou 11 ans succède à une punition de sa mère qui lui demande se qu’il va devenir ; il a fait expérience de sa nature pécheresse, mais il va accepter que l’amour de la Vierge Marie le rejoigne pleinement là où il en est de son imperfection et c’est ainsi qu’il est capable d’y  répondre en acceptant la couronne rouge du témoignage avec la couronne blanche de l’accueil de l’amour de Dieu. C’est cet amour qui va susciter en lui à Rome cette compassion pour ce monde qui rejette Dieu et qui va le conduire à s’offrir avec six autres frères à la Vierge pour se consacrer à évangéliser le monde. Il s’offre pour évangéliser le monde alors qu’il a déjà une santé défaillante : sa maladie ne lui permet de parler qu’à faible voix. En s’offrant à la Vierge Marie, il sait que sa mission d’évangélisation passe d’abord par son chemin de conversion : grandir dans la charité et la confiance dans la faiblesse et la soumission. En effet toutes ses épreuves : la maladie et l’incompréhension des supérieurs de son ordre qui iront jusqu’à le soupçonner de vouloir diviser l’ordre franciscains lui apprendront que le moteur de toute évangélisation c’est un amour purifié. D’ailleurs quand il sera arrêté pour être déporté à Auschwitz, il recommandera à ses frères de Niepokalanov de ne pas oublier l’amour. Apprendre la confiance, l’abandon en la fidélité de Dieu, accepter de tout lui remettre dans les situations de difficultés, c’est vraiment croire qu’il nous aime et nous connait et qu’il travaille à notre sanctification.

Une vie pleine dès ici bas

«Moi je suis venu pour qu’on ait la vie et qu’on l’ait surabondante ». (Jn 10,10b)

Maximilien aurait pu passer sa vie à se lamenter sur son sort, handicapé très jeune par sa maladie, pourtant aujourd’hui ce qui ressort c’est qu’il a eu une vie pleine. La promesse que le Christ nous fait en Jn 10,10b n’est pas seulement pour notre vie future mais elle est pour nous dès maintenant. Rappelons-nous cette parole de Benoît XVI expliquant le « N’ayez pas peur » de Jean Paul II « Quand on donne à Dieu, Dieu n’enlève rien mais redonne pleinement ». En se donnant totalement à Dieu à travers la Vierge Marie Maximilien est devenu pleinement lui-même. 

 

Retrouvez nos vidéos sur notre chaine CLIQUEZ ICI