Mission de l'Immaculée, Saint Maximilien Kolbe, Prophète de la civilisation et de l'amour

Création Imprimerir Modernementions legales

Saint Maximilien Kolbe





Les cofondateurs de la Mission de l'Immaculée

    De brèves réflexions émises par le recteur du Collège Séraphique International, le Père Ignudi, durant une méditation matinale, le 20 janvier 1917, ont offert au jeune Maximilien, des raisons efficaces pour traduire en actes ses aspirations à servir l'Immaculée. Ce jour-là, le Père recteur raconte et commémore la prodigieuse apparition de la Vierge Immaculée à Alphonse Ratisbonne et sa fulgurante conversion. C'est alors que Frère Maximilien conçoit l'institution de la M.I.

     Quelque mois plus tard, le soir du 16 octobre 1917, vigile de la fête de sainte Marguerite-Marie Alacoque, qui reçut la révélation du Cœur Sacré de Jésus à Paray-le-Monial, Maximilien rassembla dans la chambre contiguë à celle du Père recteur, les 6 premiers candidats à la nouvelle ' chevalerie '. Enumérons-les :

     • Joseph Pal, roumain, prêtre, il sera plus tard provincial en Roumanie. Il meurt du typhus, contracté en assistant des malades à l'hôpital, le 21 juin 1947. Il fut un des plus ardents propagateurs de la M.I. en Roumanie. Il a été l'ami intime du Père Maximilien durant sa vie, et un de ses admirateur les plus dévoués après sa mort.

     • Antoine Glowinski, roumain. Il est né le 12 juin 1892 à Galati en Roumanie dans une famille profondément catholique. Il entre au noviciat d'Assise en septembre 1911et fait profession le 7 septembre 1912 au tombeau de saint François. Le Maître des novices témoigna de sa piété, de sa cordialité et de son observance de la Règle avec exactitude. Il est ordonné prêtre le 10 avril 1917 à Rome par le cardinal Pompil. Il meurt à Assise le 18 octobre 1918, d'une maladie contractée en cette ville, après la visite du camp des réfugiés roumains.

     • Antoine Mansi, italien, de la province de Naples. Il est né à Londres le 9 mars 1896. Il entre au séminaire en 1909 et fait profession au tombeau de saint François à Assise le 4 octobre 1914. Sa sœur est moniale chez les clarisses d'Assise. Il meurt très jeune, le 31 octobre 1918, encore séminariste, de la grippe espagnole.

    • Jérôme Biasi, italien, de la province de Padoue. Il meurt de la tuberculose à Camposampiero (Padoue), le 20 juin 1929, après une vie des plus remarquables par sa patience dans les souffrances. Il fut l'un des premiers, le 20 janvier 1917, à connaître le projet de fondation de la Mission de l'Immaculée.

     • Henri Granata, italien, de la province de Naples. Né le 8 août 1888 à Sant'Antonio Abate (Naples). Il fait profession en 1914. Il étudie à Rome de novembre 1916 à juillet 1918. Il est ordonné prêtre le même jour que le Père Kolbe. En 1919, il ira au couvent de Salerne et assura de nombreux ministères paroissiaux. Il a toutefois toujours gardé le contact avec le Père Kolbe. Le 12 mars 1962, il témoignera avec humilité et simplicité à son procès de béatification. Il meurt en 1964.

     • Quiricio Pignalberi, italien, de la province de Rome. Il est né à Serrone en 1891, au sud de Rome d'une modeste famille de paysans. Après le noviciat, il part étudier la philosophie à l'université grégorienne avec le Père Kolbe. Une profonde communion spirituelle les unissait. Il sera chargé de ministères en paroisse. Il sera durant quarante ans maître des novices. Il a donné une formation religieuse inspirée par la plus exacte observance de la Règle franciscaine et des idéaux de la M.I. Le 1er avril 1979, il reçoit la visite du pape Jean-Paul II sur son lit de malade. Il meurt le 18 juillet 1982.

 

Retrouvez nos vidéos sur notre chaine CLIQUEZ ICI